jérémie scheidler

auteur | metteur en scène | vidéaste




lisières
récit(s) d'une inquiétude







PROJET EN COURS, POUR 7 COMÉDIEN.NES


Écriture : Jérémie Scheidler avec l'ensemble de l'équipe artistique


Interprétation :
Marie Charlotte Biais
Bénédicte Cerutti
Boutaïna El Fekkak
Criss Niangouna
Elios Noël
Carles Romero Vidal
Jeanne Videau


Dramaturgie : Arnaud Maïsetti
Collaboration artistique : Margaux Eskenazi
Lumières : Jean-Gabriel Valot
Musique : Jean-Kristoff Camps
Espace/Costumes : Magali Murbach
Vidéo : Jérémie Scheidler
Administration/Production/Diffusion : Florence Verney


PARTENAIRES :
--- Le Théâtre de Vanves
--- Les Rencontres à l'Echelle (Marseille)
--- Le Théâtre Paris-Villette
--- Lilas en scène
--- Théâtre de Chelles
--- Comédie de Reims
--- ARCADI

CRÉATION À L'AUTOMNE 2019 AU THÉÂTRE DE VANVES


Etre en lisière de la forêt, c’est être toujours sur le point
d’y entrer ou d’en sortir, jamais complètement dedans, jamais tout à fait dehors.
La lisière est ce lieu intermédiaire, où gît toujours quelque secret,
à l’ombre d’un rite de passage, d’un adieu déchirant, ou d’un retour à la vie.



---------------------------------
Je pense qu'il n'est plus besoin de décrire à quel point le monde est devenu incompréhensible,
à quel point il n'offre plus de prise et comment il devient invivable.
Face à lui, fabriquer un théâtre qui ne se propose pas de décrire cet état de fait incontestable.
Mais bien plutôt de chercher comment des êtres singuliers, ensemble et séparément, peuvent,
non pas redonner du sens au monde, mais faire une expérience du monde, et de la possibilité
de l’habiter. Cette expérience est celle que nous proposons aussi au spectateur, qui devient
à son tour un spectateur inquiet.
Faire vaciller le monde du connu vers un potentiel inconnu, et ainsi, ouvrir des espaces d’expérience,
à revers de l’expérience continuelle de dépossession, une expérience qui consisterait à reprendre la main,
dans l’imaginaire, pour enfin, selon le mot de Rimbaud, changer la vie.



Le silence éternel de ces espaces infinis m'effraie.

Pensées, Blaise Pascal




-----------------------