jérémie scheidler

vidéaste | dramaturge | metteur en scène
-----------------



hypermnésie


un ciné-journal




[hypermnesie.net]


Hypermnésie est un ciné-journal, dans la tradition qui va de Dziga Vertov à Alain Cavalier, et qui passe par Jonas Mekas, Jean-Luc Godard, Agnès Varda, Joseph Morder…


Hypermnésie, paradoxalement, nomme ce qui se retient des jours, pour mieux fabriquer de l'oubli. Parfois insignifiants, parfois eux-mêmes traversés des souvenirs d'autres époques, d'autres histoires, les souvenirs qui se donnent ici à lire n'ont d'autre cohérence que celle d'avoir été.
Comme une cartographie sensible des lieux que nous habitons, que nous traversons parfois sans les voir. Ces lieux, ces amis, tous ces événements minuscules oubliés et qui ne cherchent ici pas tant à durer qu'à offrir la possibilité de l'oubli et de leur propre perte. Ils livrent ici ce qui est leur part d'aura, ce lointain si familier, cet intimité étrangère à nous-mêmes.
Des souvenirs dans le désordre propre à notre existence, des souvenirs comme des pierres de temps, qui finissent par tisser ce que je suis :


«CE QUE JE SUIS» ? Traversé depuis l’enfance de flux de lait, d’odeurs, d’histoires, de sons, d’affections, de comptines, de substances, de gestes, d’idées, d’impressions, de regards, de chants et de bouffe. Ce que je suis ? Lié de toutes parts à des lieux, des souffrances, des ancêtres, des amis, des amours, des événements, des langues, des souvenirs, à toutes sortes de choses qui, de toute évidence, ne sont pas moi. Tout ce qui m’attache au monde, tous les liens qui me constituent, toutes les forces qui me peuplent ne tissent pas une identité, comme on m’incite à la brandir, mais une existence, singulière, commune, vivante, et d’où émerge par endroits, par moments, cet être qui dit « je ».

— L'Insurrection qui vient